Notre histoire

 

Le Collège des Ingénieurs a été créé à Paris au milieu des années 80.

Ces années marquent un changement d’époque : l’Europe, de l’Ouest comme de l’Est, industrialisée, est sortie d’une économie dirigée, qui fut pendant toute la « reconstruction » une continuation de l’économie de guerre (guerre de 14, guerres civiles, guerre de 40, guerre froide). Le milieu des années 80 marquent véritablement l’entrée de l’économie européenne continentale dans l’économie de marché, dont l’Union Européenne est une des régulations. En même temps, les grandes entreprises de l’Europe devenaient partie prenante à la globalisation industrielle et financière de l’économie planétaire.

 

Ce changement d’époque devait se traduire dans la formation des ingénieurs en Europe. Pendant près d’un siècle (1880/1980), la formation et les sciences des ingénieurs européennes avaient été presqu’exclusivement mises au service de la guerre industrialisée intra-européenne : la mécanisation des véhicules, les chemins de fer, l’aviation, le travail des matériaux, l’énergie, l’atome, la planification des ressources et de la production avaient été conçus et dirigés pour gagner des batailles militaires en vue d’imposer de nouveaux rapports de force. Dans le massacre répété qui s’en suivit ( une centaine de millions de morts de guerre, de famines, de génocides), combien de jeunes gens sont morts ou ne sont pas nés, n’ont pu porter les idées nouvelles, ont fui en Amérique, ont manqué finalement à l’Europe pour bâtir la modernité ? L’économie dirigée devait être largement une transposition/reconversion de l’économie de guerre, animée principalement par des ingénieurs de production. Les brillants ainés techniciens, les survivants « aux manettes politiques» ont perpétué trop longtemps le monde ancien. Les grandes révoltes de la jeunesse européenne des années 60/70 exprimèrent le souhait vivace de sortir de cette culture de guerre, qui continuait à tout imprégner.

Dans les années 1980, les dernières séquelles politiques et sociales de cette « grande guerre civile intra-européenne » ont fini par disparaître en Europe : la chute du mur de Berlin en fut le symbole et l’accélérateur. La culture des ingénieurs européens pourrait aussi être réorientée comme « une arme de la paix », selon le mot célèbre de Samuel Pisar.

Dans toute l’Europe, croiser innovation et création de valeur, diffuser les techniques de rupture par les échanges, faire comprendre la qualité des produits par la prise en compte de la satisfaction des utilisateurs, librement exprimée par l’acte d’achat, savoir trouver les ressources nécessaires à l’innovation par la création d’entreprises, découvrir de nouvelles sources techniques pour les services, comprendre la complexité des marchés, voilà des enjeux nouveaux pour la formation des ingénieurs au service de la paix. En d’autres termes, en associant l’esprit d’entrepreneur et les sciences de l’ingénieurs, correspondant à la nouvelle époque, le Collège des Ingénieurs est une nouvelle institution d’excellence, qui pour un « mix » éducatif nouveau, s’adresse à une sélection de talents issus des meilleures Ecoles et Universités d’ingénieurs d’Europe depuis 25 ans, pour avoir, en dépit du petit nombre, un impact maximal à partir de ses établissements de Paris, Stuttgart, bientôt Turin, ainsi que par son Programme à destination des talents de l’Europe centrale, de la Russie et de l’Ukraine (COPERNIC).

La dépression économique mondiale qui se propage depuis 2008, après deux décennies d’exceptionnelle croissance et de globalisation, indique, plus que tout, un déficit de maîtrise intellectuelle et de méthode des transformations qui ont rendu possible l’énorme accroissement de richesses des différentes parties du monde. On se rend compte que les talents sont fort rares qui comprennent aujourd’hui l’actuel assemblage de systèmes complexes, techniques, économiques, sociaux et financiers, qui innervent notre planète. Sans une avancée intellectuelle dans ce qu’on peut comprendre des complexités à l’œuvre, et armés du seul principe de précaution, les politiques risquent d’imposer des mesures d’asphyxie : à quoi bon des patrouilles de régulateurs aveugles dans le dédale de l’actuelle complexité, si personne ne sait au juste ce que la croissance de la richesse a fait grandir et s’empiler sans plans. Une avancée de la formation des nouveaux acteurs, y compris les régulateurs, est urgente et nécessaire, et sur tous les continents. A l’évidence, il convient de construire un réseau de formation et d’échanges sur ces sujets, et le Collège des Ingénieurs y prendra sa part.
 

Chronologie :

 
1985
  • Comité de préfiguration, sous la présidence de Jean Peyrelevade
1986
  • Fondation du Collège des Ingénieurs par Philippe Mahrer, directeur.
  • Septembre, première promotion du Collège des Ingénieurs.
1987
  • Création de la première chaire d'entreprise par Jacques Pericchi, Stratégie des ressources humaines, Air Liquide.
1990
  • Sous les auspices du  Président de la République française, création du Programme COPERNIC (pour diplômés Master de l'Europe centrale et orientale), en coopération avec le Ministère des Affaires étrangères, l'Institut d´Etudes Politiques de Paris, l'Ecole des Mines de Paris, l' Ecole des Ponts et Chaussées.
1991
  • Le CDI établit son siège 49, rue de l’Université, Paris.
1992
  • Création du programme d'actuariat du CDI.
1993
  • Partenariat avec l'Université de Marne la Vallée (Master en mathématiques appliquées à l'Assurance).
1994
  • Création du Programme CDI-Chine, en coopération avec le Ministère de la Science et de la Technologie de la RPC (République Populaire de Chine)
  • Première assemblée générale de l'Association des anciens Copernic à Budapest.
1995
  • Création du Mastère Multimédia-Hypermédia avec l'ENSBA (Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts) et l'ENST (Ecole Nationale Supérieurs des Télécommunications), deux ans après l'invention de la navigation www (Mosaic en 1993)
1996
  • Fondation du Collège des Ingénieurs en Allemagne (Stuttgart) par Knut Stannowski, avec l'appui du cabinet du Ministre-Président du Bade-Wurtemberg.
1998
  • Ouverture de  CDI-Montréal.
  • Le CDI compte plus de 500 alumni.
2000
  • Collaboration avec la Studienstiftung des deutschen Volkes.
  • Création et inauguration du programme exécutif d'entreprise Marco Polo pour jeunes dirigeants confirmés de Bouygues Construction.
2002
  • Ouverture d'une seconde session du MBA en janvier.
2003
  • Ouverture d'une représentation en Suisse (St. Gallen).
2005
  • Première réunion des anciens de CDI Allemagne à Baden-Baden, création de l'Association des alumni allemands (CDI Alumni Deutschland e.V.).
2006
  • Le CDI participe aux travaux de la Commission Nationale pour l'Emploi et les Universités, en vue de la réforme du système universitaire français (loi LRU).
  • Le CDI fête son 20ème anniversaire (et le 1000ème diplômé).
  • Edition des principes du CDI.
2007
  • Coopération avec  TU9, association des Universités techniques allemandes.
  • "Le vrai poids de la France", critique du classement de Shanghai dans le quotidien économique Les Echos (voir le monde de l'intelligence dans sa diversité).
2008
  • Ouverture du bureau de Munich.
  • Participation au lancement de la Bouygues Construction University.
2009
  • "NYC, championne de la résilience" dans Les Echos.
  • Décision de créer à Turin une nouvelle Fondation pour l'Education d'excellence en coopération avec des grandes Fondations italiennes.
  • Création de l'Alta Scuola di Formazione al Management (CDI-Italia), avec l'appui de cette nouvelle Fondation.
  • Création du programme doctoral "Science & Management" avec l'Université Pierre et MArie Curie (UPMC, Paris VI).
  • Le CDI s'installe dans sa propre maison à Paris, 215 Boulevard St. Germain
2010
  • "Et si la mondialisation se cassait en deux" dans Les Echos.
2010
  • Cooperation agreement with Karlsruhe Institut für Technologie (Science and Management PhD).
2011
  • Première enquête nationale sur les plus grandes universités d'entreprise françaises.
 

Comité de préfiguration en 1985 :

 Personnalités indépendantes:
Jean Peyrelevade président Banque Indosuez,
Philippe Mahrer, depuis Directeur du CDI,
Maurice Saias, Professeur de Stratégie, Kellogg's School of Management.

Représentants de l'industrie:
Le Directeur financier de Lagardère SCA,
Le Président de Pechiney, président du Conseil National du Patronat Français

Représentants des Pouvoirs publics:
Le conseiller spécial auprès du Premier Ministre
Le directeur de cabinet du Ministre des Finances.

Représentants des Universités:
Le Directeur de l’Ecole Normale Supérieure,
Le Directeur de l’Ecole des Ponts et Chaussées.
 

Vous êtes candidat

 

Vous êtes candidat

 

Comment recevoir un dossier de candidature ?

DEMANDE DE DOSSIER

Cette demande de dossier sera reçue par le bureau des admissions du CDI. En plus de cette demande par mail, nous vous demandons de nous faire parvenir une confirmation postale ou par fax avec un CV.

Nous rencontrer

Formulaire de candidature

CDI Admissions

FRANCE :

215 boulevard Saint-Germain - 75007 Paris

Tel. (33) 1 49 54 72 60
Fax. (33) 1 49 54 72 68

 

DEUTSCHLAND :
Fürstenstrasse 8 - München
Fon.+49 89 600 399 10
Fax. +49 89 600 399 11

Haus der Wirtschaft, Erbprinzenstr. 4-12, Karlsruhe

ITALIA : Scuola di Alta Formazione al Management
Via Pietro Giannone 10, 10121 Torino.
http://www.safm.it/

Tel : + 39 011 0268047 / Fax : + 39 011 0267338